C3. Les palus de Parempuyre
SITUATION CARACTÉRISTIQUES ENJEUX

Au nord de l’agglomération bordelaise, face au Bec d’Ambès, l’urbanisation laisse très vite la place à des milieux humides, presque dénués de toute trace de bâti. De la réserve naturelle des marais de Bruges aux premières vignes de Macau, les palus palus terres marécageuses asséchées par drainage et cultivées de Parempuyre forment une longue plaine marécageuse d’une douzaine de kilomètres, traversée par plus de dix canaux. Ce réseau hydraulique, ainsi que les longues digues qui bordent la berge, ont permis la conquête de ces terres sur l’estuaire, et forment aujourd’hui la structure de base d’un paysage périurbain atypique, mêlant marais arborés et installations industrielles, entre l’agglomération et le fleuve.

• Voir les communes concernées par cette unité de paysage

    BOURG
    CUBZAC-LES-PONTS
    PRIGNAC-ET-MARCAMPS
    SAINT-ANDRE-DE-CUBZAC
    SAINT-GERVAIS
    SAINT-VINCENT-DE-PAUL
    TAURIAC

Les marais, un territoire organisé par l’eau

A l’abri des digues, de vastes parcelles marécageuses sont exploitées en cultures (maïs) ou en prairies, déployant leurs palettes vertes sur de grands espaces. Bien que l’on n’y trouve aucun boisement d’envergure, les arbres sont très présents dans ces marais, bordant les parcelles et les cours d’eau en rideaux denses de feuillus, superposant un horizon sombre aux cultures très ouvertes. Ces haies longent parfois aussi les voies de communication, dessinant alors des routes en tunnels végétaux opaques. Bien que très peu nombreuses, on trouve également quelques vignes, sur les bordures nord et ouest de l’unité, les premières en aval de Bordeaux. L’origine artificielle de ces terrains se traduit aujourd’hui par une topographie tout à fait particulière. En effet, les terres les plus basses sont les plus éloignées des berges, la digue ayant maintenu autour d’elle un bourrelet de terrain plus élevé. Cette cuvette, au réseau de drainage bien plus dense mais toujours plus humide malgré tout, a développé un sol tourbeux, distinct des terrains en bord de fleuve. L’implantation du bâti s’en ressent également : l’urbanisation (très limitée) s’est concentrée derrière la digue, au long de la D209, tandis que les zones inondables restent presque désertes.

Des lisières sombres accompagnent les vastes prairies des marais - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier
crédits : Agence Folléa-Gautier
Lisières, haies ou sujets isolés : les arbres prennent une place majeure dans ces paysages - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier
Bâtisse agricole ancienne, implantée en bordure de la D209 - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier

Avec la proximité de Bordeaux, cette unité est aussi marqués par diverses implantations économico-industrielles de grande échelle : gravières, zones industrielles de Bruges et de Blanquefort... Etablis dans ces paysages marécageux, avec leurs trames précises et leur riche patrimoine naturel, ces complexes doivent s’intégrer et tirer parti des éléments en place afin de composer un paysage, le plus équilibré possible, de ’nature industrielle’, c’est-à-dire de nature marquée par l’industrie. Souvent, les implantations industrielles jouent un rôle de repère. La centrale thermique d’Ambès en est un bon exemple : dressée sur l’autre rive, elle surplombe les cimes des arbres et se perçoit depuis une grande partie du territoire. Plus ponctuellement, les silos ou les tapis roulants des carrières nous signalent des activités liées à des sites particuliers, et nous renseignent donc aussi sur les paysages. Mais les vastes étangs résultant des activités des gravières transforment sur de grandes surfaces les paysages des marais, et s’inscrivent difficilement dans ces territoires complexes.

Au-delà des vignes et de la ripisylve des rives de Garonne, la centrale thermique d'Ambès est un repère fort dans le paysage - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier
Les gravières s'accompagnent d'équipements importants, très visibles dans les basses terres des palus - Blanquefort
crédits : Agence Folléa-Gautier
Les vastes étangs résultant de l'exploitation du sol ne s'inscrivent pas encore dans le paysage des marais - Blanquefort
crédits : Agence Folléa-Gautier

Ludon-Médoc, une commune entre ruralité et urbanité

Si cette commune de taille réduite fait partie des paysages de l’estuaire, elle n’en est pas moins clairement sous l’influence directe de l’agglomération bordelaise : située juste après Parempuyre sur la D210, elle constitue en réalité une banlieue de Bordeaux. Cette situation intermédiaire pose des difficultés en termes de gestion du développement, car elle suppose une pression urbaine conséquente, peu facile à conjuguer avec un contexte rural. Néanmoins, Ludon-Médoc présente des réalisations intéressantes. En effet, si l’habitat pavillonnaire aligné en bord de route est bien présent, on trouve aussi quelques opérations de petit logements collectifs à proximité du centre. L’aménagement de l’espace public dans le cœur du village illustre bien, encore une fois, la situation intermédiaire de la commune : un peu trop chargé en mobilier urbain pour un contexte rural, il annonce aussi l’approche de l’agglomération et le passage à d’autres paysages. La place du piéton est en tout cas bien prise en compte dans le centre et ses extensions immédiates, moins dans les zones pavillonnaires. Plus loin, en sortant vers Bordeaux, une précieuse coupure d’urbanisation sépare encore Ludon-Médoc de Parempuyre par de petits boisements. Elle mérite d’être préservée afin d’offrir une respiration dans le continuum bâti de la D210.

Le pavillonnaire implanté au fil de la route ne génère pas d'espace public - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier
Quelques logements proches du centre forment un quartier de petits collectifs - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier
L'aménagement du cœur de village, très soigné, a une connotation plutôt urbaine - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier
Cette coupure d'urbanisation marque une étape nette dans la sortie de l'agglomération bordelaise - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier
Haut de page

Enjeux de protection / préservation

+ -
La limite d'urbanisation nord de Parempuyre doit être maintenue et affirmée comme limite de l'urbanisation
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les coupures d’urbanisation autour de Parempuyre : préservation des espaces non-bâtis pour souligner la limite de l’agglomération bordelaise.

Les structures végétales accompagnent et enrichissent les canaux - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les réseaux hydrauliques des palus palus terres marécageuses asséchées par drainage et cultivées  : préservation de ces éléments patrimoniaux, protection et développement des trames verte et bleue liées à ce réseau.

Les terres labourées ont remplacé une grande partie des pâtures - Parempuyre
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les pâturages et prairies fauchées : soutien à la pratique de la pâture, mode traditionnel de gestion des marais favorable aux milieux naturels.

Mal entretenues, les haies n'offre plus de continuités écologiques - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les structures végétales du marais (haies, ripisylves) : préservation de ces éléments clefs de lecture du paysage, gestion de ce patrimoine, création d’ouvertures au long des routes-tunnels.

Enjeux de valorisation / création

La végétation opaque des bords de route occulte ici toute vue vers les marais - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les abords de la D209, route de découverte des paysages des palus palus terres marécageuses asséchées par drainage et cultivées  : réhabilitation du patrimoine bâti, gestion de la végétation au long de la route, aménagement d’accès vers la rive de l’estuaire.

Les aménagements de l'espace public évoquent un paysage de banlieue - Ludon-Médoc
crédits : Agence Folléa-Gautier
La mise en place de pistes cyclables et de plantations améliorent le confort des usagers, mais l'image de la voie, en bordure des marais, reste très urbaine - Parempuyre
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les aménagements dans l’espace public : poursuite du travail d’amélioration des espaces publics, définition d’une charte pour le mobilier urbain afin d’éviter toute surcharge.

Enjeux de réhabilitation / requalification

Gravière à réinvestir après l'exploitation - Blanquefort
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les zones d’activités et gravières : inscription de ces emprises dans les paysages du Bec d’Ambès, accompagnement des fronts bâtis par des lisières végétales.

Etang et équipements industriels à inscrire dans le paysage des marais - Blanquefort
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les étangs issus de l’exploitation de granulats : poursuite des aménagements, inscription dans les paysages du marais, maîtrise du développement des gravières en activité.

Le bâti dispersé en limites de bourgs mite et dégrade les paysages - Parempuyre
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les extensions urbaines en bords de routes : maîtrise du foncier en bordure des villages, aménagement des entrées de villages (coupures d’urbanisation, limites marais/coteau...).

Haut de page
+ -
Les palus de Parempuyre /

Bloc diagramme

+ -
PDF - 3.6 Mo
Carte de situation et bloc diagramme de l’unité C3_3.6 Mo