E. Du Blayais au Libournais
Démarrer le diaporama | Pause

Suivant la rive droite de la Dordogne, puis de l’estuaire, une large bande, constituée de reliefs successifs plus ou moins marqués, se démarque par sa vocation résolument viticole. Saint-Emilion, Pomerol, Fronsac, Côtes de Bourg et Côtes de Blaye se succèdent, surplombant les cours d’eau de leurs coteaux peignés par les rangs réguliers de vigne, de leurs imposantes silhouettes bâties, et de leurs hautes falaises de calcaire. Au sein de ces paysages viticoles, la répartition des forêts ou du bâti est liée directement à la valeur de la vigne : extrêmement précieuse, elle est omniprésente à Saint-Emilion ; tandis que le Cubzadais la voit d’avantage mêlée aux boisements.

Au-delà des influences forestières extérieures, la vigne revient vite au premier rang, dessinant des paysages souvent très soignés : à l’est, les collines de Saint-Emilion en sont couvertes de façon quasi-uniforme, ainsi que la plaine du Pomerol ; elle domine aussi dans le Fronsadais et ses collines, de même que dans le Blayais. Moins marqué par le relief, le Cubzadais est occupé de façon plus mixte par des cultures mêlées aux vignes. Enfin, la vallée de l’Isle est, quant à elle, plutôt dévolue aux prairies et au bâti. Du Blayais au Libournais, se sont ainsi six unités qui se succèdent :

+ -
crédits : Agence Folléa-Gautier