E6. Le Blayais
SITUATION CARACTÉRISTIQUES ENJEUX

L’unité de paysage du Blayais forme un ensemble de reliefs dont la base s’étend sur quatorze kilomètres par vingt environ et dont le petit village de Saint-Trojan forme le point culminant. Hautes et escarpées au sud-ouest, ces collines s’adoucissent progressivement vers l’est jusqu’à la vallée du Moron et vers le nord jusqu’aux marais de Braud-et-Saint-Louis et de la Vergne ; au contraire, un coteau calcaire abrupt longe l’estuaire de la Gironde. La vigne est présente presque partout et ne délaisse que quelques vallons, boisés ou cultivés. Une urbanisation assez diffuse - mais plus marquée au long de l’estuaire (Bourg, Blaye) - complète ces paysages, desservie principalement par quelques routes départementales (RD137, RD937, RD669...).

• Voir les communes concernées par cette unité de paysage

    ANGLADE
    BAYON-SUR-GIRONDE
    BERSON
    BLAYE
    BOURG
    CAMPUGNAN
    CARS
    CARTELEGUE
    COMPS
    EYRANS
    FOURS
    GAURIAC
    GENERAC
    LANSAC
    MAZION
    MOMBRIER
    PLASSAC
    PRIGNAC-ET-MARCAMPS
    PUGNAC
    SAINT-ANDRONY
    SAINT-CHRISTOLY-DE-BLAYE
    SAINT-CIERS-DE-CANESSE
    SAINT-GENES-DE-BLAYE
    SAINT-GIRONS-D’AIGUEVIVES
    SAINT-MARTIN-LACAUSSADE
    SAINT-PAUL
    SAINT-SEURIN-DE-BOURG
    SAINT-SEURIN-DE-CURSAC
    SAINT-TROJAN
    SAINT-VIVIEN-DE-BLAYE
    SAMONAC
    TAURIAC
    TEUILLAC
    VILLENEUVE

crédits : Agence Folléa-Gautier

Des collines rondes et vives

Les collines se succèdent, couvertes de vignes et coiffées de quelques boisements - Berson
crédits : Agence Folléa-Gautier

Le socle du Blayais est constitué majoritairement de calcaire, formé sur une large période s’étendant de l’éocène au pléistocène inférieur (entre - 55 et - 1 million d’années). D’importantes nappes d’argiles, de sables et de graviers complètent cette base pour former le soubassement des collines. Celles-ci constituent des reliefs ondulés variés : formes rondes et vives dans la partie sud-ouest du Blayais, les collines s’étirent en longs versants doux à proximité des marais littoraux, ou bien voient leurs pentes accentuées par les échancrures des vallons.Au nord-ouest, des sols argilo-calcaires variés les recouvrent, tandis que des sables blancs lessivés occupent la partie est. Mais ces différents substrats sont tout autant propices à la vigne, qui couvre une très large majorité de l’unité.

Un vignoble omniprésent

Sur la RD937, au nord de Saint-Martin-Lacaussade, la vigne couvre les dernières collines du Blayais
crédits : Agence Folléa-Gautier
Le vallon du ruisseau de Gabillard étend ses pentes viticoles, ponctuées de bosquets et d'habitations - Lansac
crédits : Agence Folléa-Gautier
Les pentes douces sont soulignées par les règes parallèles - Cars
crédits : Agence Folléa-Gautier

La quasi-totalité du Blayais est occupée par la vigne, ici classée sous l’appellation Premières Côtes de Blaye. Cultivée en grandes étendues, elle dessine des paysages très ouverts, où le regard peut porter très loin. La régularité des règes souligne les reliefs des collines, tout autant sur les pentes très douces descendant vers les marais que sur les versants plus pentus des collines intérieures.

Château Le Petit Puy - Lansac
crédits : Agence Folléa-Gautier
Château Puynard et son chêne vert remarquable - Berson
crédits : Agence Folléa-Gautier
Château Pardaillan et ses allées plantées sur talus - Cars
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les domaines viticoles agrémentent ces paysages par leur architecture souvent soignée. Châteaux et chais se dressent sur les crêtes, surplombant majestueusement les parcelles de plantations. Des arbres - isolés ou organisés en allées - soulignent encore le statut particulier de ces ensembles bâtis prestigieux, et enrichissent le paysage en complétant les structures végétales.

Une certaine variété dans les vallons : cultures et boisements

En contrebas du château du Bousquet (à gauche), les doux versants viticoles du vallon sont drainés par la Libarde - Bourg
crédits : Agence Folléa-Gautier
Les cimes des arbres révèlent la présence du vallon boisé du ruisseau de Lalibarde - Bourg
crédits : Agence Folléa-Gautier

Dans ce territoire si uniformément viticole, les nombreux vallons qui modèlent le terrain créent de modestes ruptures. Etroits et escarpés au sud-ouest, moins nets au nord et à l’est, ils forment dans tous les cas des variations topographiques génératrices de diversité paysagère. Le passage des routes à flanc de coteau ou en remblais crée des conditions idéales pour dégager de larges vues sur les paysages de vignobles agrémentés de bosquets ou de structures végétales.

Un boisement mixte occupe le fond de ce vallon au nord de Samonac
crédits : Agence Folléa-Gautier
De beaux sujets ont pu se développer sur le talus - Lansac
crédits : Agence Folléa-Gautier

Souvent, une occupation du sol plus variée enrichit encore les paysages de ces vallons. Boisements feuillus ou mixtes, cultures céréalières, ou prairies trouvent alors leur place dans les fonds, souvent surplombés par des versants viticoles. Les structures végétales bénéficient également des accidents du terrain, investissant les talus ou les bords des cours d’eau.

Un coteau calcaire habité et exploité

L'estuaire se révèle en descendant vers la RD669E1 - Saint-Seurin-de-Bourg
crédits : Agence Folléa-Gautier
La terrasse de Château Tayac domine la Gironde - Bayon-sur-Gironde
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les coteaux calcaire de Bourg à Blaye offrent une situation unique à l’échelle du département, puisque la corniche de Gironde est un véritable balcon sur l’estuaire en contrebas, donnant à voir le Bec d’Ambès, les îles, et les horizons du Médoc sur l’autre rive.Mais au-delà de cette situation privilégiée, il s’agit d’un coteau habité et exploité de multiples façons.

Les vignes des coteaux dominent le Bec d'Ambès et la naissance de l'estuaire - Bayon-sur-Gironde
crédits : Agence Folléa-Gautier

Lorsque les pentes ne sont pas trop abruptes, ce sont les vignes qui s’avancent au maximum surplombant les boisements de la falaise pour profiter de ce terrain propice, qui bénéficie du climat favorable généré par l’estuaire.

Le développement de la végétation a occulté la falaise calcaire elle-même - Bayon-sur-Gironde
crédits : Agence Folléa-Gautier

Exploitées pour la pierre, les falaises ont été longtemps façonnées par l’homme qui, pour en extraire des matériaux, les sapait progressivement à la base jusqu’à causer des éboulements. Cette méthode dite ’à la tombée’ était extrêmement dangereuse, mais permettait de fournir des moellons en quantité, commercialisés par la suite grâce à la navigation fluviale. Les falaises irrégulières - bien distinctes des fronts de taille rectilignes qu’on trouve dans les carrières à l’intérieur des terres - qui longent l’estuaire de Bourg à Blaye sont héritées de cette industrie.

Les jardins s'étendent jusqu'à la berge de l'estuaire - Bayon-sur-Gironde
crédits : Agence Folléa-Gautier
L'étroite route se glisse entre les jardins, côté estuaire, et les maisons, au pied de la falaise
crédits : Agence Folléa-Gautier
Les boisements de la falaise surplombent les bâtiments - Gauriac
crédits : Agence Folléa-Gautier
Des terrasses jardinées s'étagent au bas du coteau calcaire - Gauriac
crédits : Agence Folléa-Gautier
Jardins, constructions et falaise se mêlent en une façade troglodytique complexe - Gauriac
crédits : Agence Folléa-Gautier

Sur l’étroite berge comprise entre l’eau et la falaise, la corniche de Gironde est habitée. Sur la rive elle-même se lovent de petits jardins : adaptés à l’espace disponible, ils participent de la qualité des paysages que donne à voir la route RD669E1. De l’autre côté de cette route s’alignent les maisons en pied de coteau, surplombées par la végétation foisonnante de la paroi. Enfin, le socle rocheux lui-même accueille des constructions troglodytiques, mi-creusées, mi-bâties, autre forme d’exploitation du calcaire pour l’habitat girondin. Mêlées aux jardins des pentes, aux bâtiments des berges et à la végétation de la falaise, elles forment un paysage vertical complexe et riche, minéral et végétal à la fois.

Bourg et Blaye, deux sites patrimoniaux fortifiés

Etablie à la fois sur les hauteurs d’un éperon rocheux et sur les berges de la Dordogne, peu avant la naissance de l’estuaire, Bourg est une petite ville dont la vocation commerciale est longtemps restée importante. La ville ancienne présente une structure dense, compacte, qui se révèle notamment depuis les hauteurs : les quartiers bas s’étendent au pied du coteau, complétant le paysage du fleuve et du Bec d’Ambès par l’image d’un tapis de toitures.

Les toitures de Bourg dessinent une ville compacte face au Bec d'Ambès
crédits : Agence Folléa-Gautier
La ville s'étire des hauteurs du coteau jusqu'à la berge de l'estuaire - Bourg
crédits : Agence Folléa-Gautier
L'inscription des grandes surfaces dans le paysage est des plus sommaires - Bourg
crédits : Agence Folléa-Gautier

Si ce patrimoine ancien, dont le château reste le plus prestigieux représentant, est assez bien préservé, les extensions plus récentes de la ville sont nettement moins valorisantes. Au fil des routes principales s’implantent de nombreuses habitations pavillonnaires, isolées au centre de leurs parcelles, qui étendent la surface construite sans développer les qualités de l’espace urbain du bourg. Quelques grandes surfaces s’implantent également au long de la RD669, dégradant les paysages en entrée de ville.

Vus depuis l'estuaire, les quais maçonnés et les habitations du bourg forment une belle façade portuaire - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier
L'imposante citadelle domine la berge de l'estuaire - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier
Le bourg ancien présente une densité importante et un bâti de qualité - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier
L'entrée sud de la citadelle de Blaye et ses défenses massives
crédits : Agence Folléa-Gautier
Le mail planté du port met en scène l'embarcadère du bac - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier
Le cœur de la citadelle offre étonnante une atmosphère de village - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier
L'étroit chenal s'immisce entre la ville et la citadelle mais sa présence est occultée par les stationnements - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier

Blaye est l’un des sites architecturaux majeurs de l’estuaire, présentant, tout comme Pauillac, un front urbain de qualité sur les berges même de celui-ci, complété par le monument qu’est la citadelle Vauban, datant du XVIIème siècle. Entre les deux, l’exutoire du ruisseau du Saugeron accueille le seul chenal chenal canal (souvent élément d’un réseau de drainage) ou voie d’accès navigable portuaire urbain de l’estuaire. Dans le système du Verrou de la Gironde, Blaye est la pièce maîtresse d’un triptyque complété par Fort Médoc, sur la rive gauche, et Fort Pâté, sur l’île du même nom. Ce système permettait de compenser la portée limitée des canons, en donnant la possibilité d’effectuer des tirs croisés sur tout navire ennemi, protégeant ainsi la ville de Bordeaux en amont. L’ensemble a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

Le stationnement des camping-cars en contrebas des fortifications dévalorise l'image de la citadelle - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier
L'espace public est envahi par les voitures - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier
Le busage du Saugeron ne permet plus un effet de chasse suffisant pour éviter l'envasement du chenal - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier

Bien que cet héritage architectural soit de grande qualité, conférant à la ville un attrait touristique certain, sa valorisation n’est pas optimale. Les espaces publics autour du port, assurant la jonction entre bourg et forteresse, souffrent de dysfonctionnements en termes d’usages autant que d’image, apparaissant comme un vaste parking peu amène et désorganisé.

L'urbanisation se prolonge vers le nord au fil de la RD937 - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier
Le centre commercial de La Gruppe offre un paysage pauvre et banal en sortie de ville - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier

De plus, contrairement aux quartiers anciens implantés sur le coteau, les constructions plus récentes se dispersent vers l’est sans produire de forme urbaine qualitative, ou bien s’étirent vers le nord au long des routes. Les lotissements pavillonnaires organisés en cul-de-sac constituent l’essentiel de la ville de Blaye aujourd’hui ; ils s’accompagnent d’une large zone commerciale à la sortie est de la ville, sur la RD937.

Le port de Plassac

A quelques kilomètres au sud de Blaye se situe Plassac, ou le charme du bâti ancien s’associe aux paysages naturels de l’estuaire, grâce notamment à l’accessibilité importante des berges. Le port, qui accueille de nombreux bateaux de plaisance, montre une image typique de port estuarien, organisé autour d’un chenal chenal canal (souvent élément d’un réseau de drainage) ou voie d’accès navigable incisé dans les terres, perpendiculaire à l’estuaire, et accompagné d’une végétation généreuse qui fait ’entrer’ la nature jusqu’au plus près du cœur du village. Les maisons composent un front bâti homogène et de qualité tourné vers la Gironde. Quelques jardins les accompagnent ; implantés de l’autre côté de la rue et bien visibles depuis l’espace public, ils sont souvent caractérisés par une végétation d’origine exotique. En arrière de ces maisons, les ruines de trois villae gallo-romaines construites au début de notre ère s’exposent en plein air, au pied de l’église. Elles font de Plassac un site archéologique d’intérêt majeur.

Une progression notable de l’urbanisation

Ville ancienne dense de Bourg
crédits : Agence Folléa-Gautier
Entrée sud de Berson
crédits : Agence Folléa-Gautier
De nombreux bourgs s'organisent en villages-rues - Saint-Martin-Lacaussade
crédits : Agence Folléa-Gautier

Une urbanisation assez homogène, composée de nombreuses fermes et de petits villages et hameaux, occupe le Blayais en un maillage peu dense (mais présent sur l’ensemble de l’unité). Quelques ’pôles’ urbains plus peuplés ponctuent néanmoins ce territoire. Sur la rive de l’estuaire, Blaye et Bourg concentrent une population importante, et la RD669 qui les relie s’accompagne d’un grand nombre de constructions. Mais on trouve aussi, dans une moindre mesure et à une échelle plus locale, quelques groupements importants à l’intérieur des terres : Pugnac, Saint-Christoly-de-Blaye, ou encore Berson forment ainsi des bourgs conséquents au sein du maillage bâti diffus des collines.

Etalement urbain au fil de la route - Saint-Seurin-de-Bourg
crédits : Agence Folléa-Gautier
A l'approche de Blaye, la RD937 est bordée de nombreuses constructions récentes. Les bâtiments en bords de route tendent à banaliser les paysages traversés - Cars
crédits : Agence Folléa-Gautier

De nombreux bourgs et hameaux voient aujourd’hui des extensions urbaines plus ou moins heureuses se développer à leurs abords. Les constructions récentes s’installent en effet principalement au bord des routes, générant une urbanisation linéaire qui perd tout lien avec les centralités villageoises. La vigne ne joue pas aussi bien le rôle de résistance aux pressions foncières qu’elle peut le faire sur les terroirs de Saint-Emilion ou de Pomerol.

Haut de page
+ -

Enjeux de protection/préservation

Le patrimoine bâti de Bourg et Blaye : poursuite des efforts de réhabilitation et de mise en valeur, renforcement de l’attractivité des logements de centre-ville.

Les abords bien dégagés de la route permettent de dégager les vues sur l'estuaire - Saint-Seurin-de-Bourg
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les paysages de la corniche de Gironde : gestion soignée des abords de la RD669, maintien des grandes ouvertures paysagères, maîtrise architecturale des habitations et équipements en bord d’estuaire, mise en place de circulations douces (notamment pour accéder aux points de vue des hauteurs).

Enjeux de valorisation/création

L'aménagement du site de Vitescale laisse trop de place au stationnement - Gauriac
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les berges et les petits ports de l’estuaire : aménagement de points de vue et d’espaces d’accueil en bord d’estuaire, réduction des surfaces minéralisées.

Le développement de la végétation a occulté la falaise calcaire elle-même - Bayon-sur-Gironde
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les traces d’exploitation de la falaise calcaire : révélation par dégagement de la végétation, aménagement de sites accessibles, création d’itinéraires de découverte.

Ce talus embroussaillé pourrait accueillir une haie arborée - Lansac
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les structures végétales dans l’espace viticole : entretien et renouvellement des haies existantes, prolongement des trames végétales.

Les bords d’estuaire de Bourg-sur-Gironde : valorisation du patrimoine architectural et urbain, renforcement de l’attractivité et de l’animation des quais, création de continuités douces maillant la ville et l’estuaire.

Le patrimoine de Plassac : valorisation des espaces publics autour du port, valorisation du site archéologique, mise en place de liaisons entre les villae et l’estuaire.

Enjeux de réhabilitation/requalification

Les abords du port méritent un aménagement plus qualitatif - Blaye
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les espaces publics de Blaye (liaison ville-port-citadelle) : réaménagement des voiries, réduction de l’emprise de la voiture et création d’espaces de circulations privilégiés pour les piétons et cyclistes, valorisation du site de la citadelle et du port.

A l'approche de Blaye, la RD937 est bordée de nombreuses constructions récentes. Les bâtiments en bords de route tendent à banaliser les paysages traversés - Cars
crédits : Agence Folléa-Gautier
Implantées sur les hauteurs, les constructions neuves peuvent être facilement perceptibles - Bourg
crédits : Agence Folléa-Gautier

Les constructions au fil des routes et le mitage par les bâtiments isolés : arrêt du développement linéaire des constructions, inscription des constructions existantes dans le paysage par la mise en place de lisières urbaines plantées.

Les panneaux prennent des proportions trop imposantes - Cars
crédits : Agence Folléa-Gautier

La forte présence des pancartes publicitaires (notamment les domaines viticoles) : mise en place de réglementations ou de chartes communes.

Haut de page
+ -
+ -
PDF - 11.8 Mo
Carte de situation et bloc diagramme de l’unité E6_11.8 Mo