Introduction

Cette partie de l’Atlas propose un regard critique et prospectif sur les paysages de la Gironde.

Un point d’arrêt est fait sur les principales valeurs paysagères du département. Finalement, au-delà du foisonnement des paysages, présentés, expliqués et décrits dans les premières parties de l’Atlas, qu’est-ce qui fait la valeur du cadre de vie Girondin ? Qu’est-ce qui constitue fondamentalement la personnalité du visage offert de la Gironde ? Qu’est-ce qu’il offre de meilleur ? Par quoi peut-on re-connaître le département et partager cette reconnaissance ? Dans le présent Atlas, cinq valeurs sont mises en exergue.

Cette étape est indispensable pour aborder en deuxième partie les processus de transformation des paysages et porter dessus un regard critique, à la lumière des valeurs préalablement identifiées. Car ces paysages sont soumis à de puissantes dynamiques. Sur un territoire attractif, sensible et fragile, la force des évolutions est démultipliée. Cinq chapitres permettent de mettre au jour les processus, par l’analyse diachronique de photographies aériennes et de cartographies, par la synthèse de données chiffrées, par des témoignages qui font état d’une sensibilité aux enjeux, et par quelques reconductions de photos anciennes, qui permettent se saisir les transformations opérées dans la dimension de la perception sensible.
Chacun des processus est largement illustré par photographies légendées et commentées, de façon à être compréhensibles par tous. Plus tard, ces photographies, géoréférencées, pourront à leur tour être reconduites au moment ad hoc, pour saisir la nature évolutive des phénomènes identifiés.L’observatoire photographique du Conseil Général permettra, d’année en année, de révéler ces phénomènes.

La mise en évidence de ces processus et leur analyse critique conduisent à formuler des orientations possibles . Pour chaque orientation, les objectifs visés sont rappelés et les principes d’aménagement à adopter sont proposés. Il s’agit de principes généraux, susceptibles de servir de guides des bonnes pratiques pour améliorer la qualité dans les nombreux processus à l’œuvre de fabrication des paysages. Ces principes peuvent donc alimenter les débats entre les acteurs sur les niveaux d’ambition à porter à un aménagement ; ils peuvent aussi nourrir les objectifs que se fixent les maîtres d’ouvrage en matière de qualité, les cahiers des charges des consultations, etc.
Là encore, chaque orientation est largement illustrée, cette fois-ci d’exemples positifs, la plupart pris en Gironde. C’est la preuve que de belles choses sont capables de se faire en matière de paysage. Les exemples ainsi identifiés peuvent être sources d’inspiration pour agir à bon escient en faveur d’un cadre de vie maîtrisé et soigné.

Ces orientations proposées dans l’atlas, une fois débattues et partagées, ont vocation à devenir des « objectifs de qualité paysagère » (l’expression vient de la Convention européenne du paysage), appelés à rassembler les nombreux acteurs du territoire sur une même ambition d’avenir pour les paysages Girondins. Cela supposera, pour chaque orientation et dans le cadre d’une concertation qui reste à mener, d’identifier :

  • les secteurs principalement concernés
  • les contraintes à lever
  • les acteurs concernés et les partenaires à mobiliser
  • les outils et les leviers d’actions existants ou à développer.

Cette ambition contribuera à l’animation de l’Atlas et à l’enrichissement progressif de ses contenus.