Introduction

« Mémoire et poétique des lieux »

Le regard et l’acte artistiques ouvrent un questionnement sur la relation entre l’homme et le monde qui l’entoure.
Le champ de l’art étant un des champs constitutifs essentiels de la culture paysagère, nous proposons ici de partager des expérimentations artistiques réalisées dans des sites départementaux par les étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux. Nous invitons chacun à entrer dans la démarche artistique, à opérer un glissement conceptuel et poétique du réel vers l’imaginaire, en nous posant ensemble des questions telles que : de quoi ce paysage me parle-t-il ? Qu’est-ce qu’il évoque en moi ? A quel acte de création ce paysage invite-t-il pour en exprimer le sens et la poésie ?
L’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux est l’une des deux écoles françaises d’architecture qui forme également des paysagistes-concepteurs. Dans son programme pédagogique, la formation paysage de l’ENSAP Bordeaux propose notamment des enseignements artistiques en lien avec le paysage dont l’objectif est d’explorer la question de la poétique et de la créativité afin de développer chez l’étudiant une capacité à donner du sens à ses interventions dans les lieux.
Cette démarche et ces travaux se proposent de lier l’expérience sensible des lieux, la pensée et l’action paysagère et plastique. Concrètement, ces enseignements se traduisent par des créations réalisées in-situ. Les lieux choisis (le domaine départemental d’Hostens, celui de Certes à Audenge et Lanton) présentent une forte qualité patrimoniale qui s’est élaborée à la croisée de dynamiques naturelles puissantes et de valeurs culturelles reconnues. Ils sont emblématiques des paysages de Gironde. Ils sont caractérisés « espaces naturels sensibles » et protégés comme tels dans le cadre de la politique menée par le Département de la Gironde en la matière. Mais ces lieux reconnus d’abord pour leur valeur « naturelle » et considérés comme stables ont pourtant une épaisseur historique et culturelle que d’aucuns peuvent ne plus percevoir. Les travaux qui sont présentés ici se proposent donc en particulier d’interroger et de rendre sensible une des questions fondamentales du paysage : celle du temps du paysage et de la mémoire des lieux ; non pas le temps arrêté, mais le temps à l’œuvre, le temps perçu et vécu et le temps qui advient, l’écoulement du temps et l’impermanence. Ils invitent à considérer ce qui se joue entre matérialité et immatérialité, entre mémoire et oubli, entre stratification historique et acte contemporain. Ils recherchent dans les replis de l’expérience sensible des lieux où et comment peut s’élaborer et se cultiver une poétique du paysage. Ils proposent d’explorer des questions à la croisée de l’art et du paysage, telles que le mouvement et l’instabilité, l’incertitude et l’aléatoire, l’éphémère et le durable, le fragile et l’altération, etc. Une attention particulière est portée au choix du lieu d’intervention, au sens et à la pertinence conceptuelle et symbolique de l’acte par rapport au lieu. Les interventions ont été réalisées principalement avec les matériaux (non vivants) collectés sur le territoire, également avec des matériaux (dégradables et non impactants sur l’environnement) apportés par l’étudiant. Les créations in-situ ont ensuite fait l’objet d’un travail photographique qui est présenté ici.

Bernard Brunet
Maître de conférences
ENSAP Bordeaux