5 - La mosaïque de milieux de l’Entre-Deux-Mers
Démarrer le diaporama | Pause

La différenciation des sols par la nature des substrats géologiques en place (argiles, sables, colluvions, calcaire, molasse…), l’exposition, et le relief parfois très accentué comme au niveau des petites vallées de la Pimpine, du Gestas, ou de l’Engranne par exemple, ont créé des conditions disparates et engendré la formation de milieux juxtaposés. D’un fond de vallée aux coteaux ensoleillés, on rencontrera la chênaie-charmaie, des faciès à châtaignier, des frênaies et aulnaies. La présence relictuelle de hêtres et surtout du cortège floristique typique de la hêtraie et que l’on trouve en étage montagnard, constitue un particularisme de cette région et révèle un méso-climat méso-climat climat d’une région naturelle d’étendue limitée et circonscrite à des caractéristiques topographiques, géologiques, pédologiques spécifiques (ex. vallée, baie, versant d’exposition différente en montagne…) ; se situe entre le macroclimat qui touche une large étendue, souvent régionale, et le microclimat qui décrit des différences climatiques liées à une échelle géographique très restreinte (ex. pour le vignoble, l’échelle de la parcelle) plus frais.

L’agriculture très présente sous forme de polyculture contribue aussi à cet effet « mosaïque » de milieux à plus ou moins forte « naturalité », entre vignoble, prairies humides fauchées, peupleraies de production et boisements de pentes…