2 - Les contrastes révélés par les grands systèmes écologiques

Par son histoire géologique, le territoire girondin a été façonné par la Garonne. Elle marque la limite entre les deux grands ensembles biogéographiques que sont :

  • à l’ouest et au sud, le plateau forestier des landes de Gascogne d’apparence homogène, et ourlé par le littoral océanique,
  • à l’est et au nord de cette ligne, des territoires vallonnés présentant une plus grande diversité physique (relief, exposition, pédologie…) et où s’exprime une mosaïque de milieux.

Sur lignages écologiques et témoignages de l’histoire des grands courants floristiques de la région

Cette ligne de partage est soulignée par la présence de coteaux calcaires, constituant parfois de véritables falaises et « corniches » (Bourg sur Gironde, dans l’agglomération bordelaise de Lormont à Floirac..) exposés au sud-ouest. Ce substrat thermophile et l’ensoleillement ont permis le développement d’un cortège floristique subméditerranéen avec notamment le chêne vert.

Cette flore s’exprime également sur la frange littorale de quelques kilomètres d’épaisseur, profitant d’un substrat très drainant qu’est le sable des dunes « modernes » et du faible nombre de jours de gel. L’arbousier et le chêne vert règnent en maîtres, en sous-étage de la pinède dunaire.

Formation végétale subméditerranéenne à cyste (Cystus salvifolius), de la lande sèche et de pinède sur formation dunaire (Pilat)
crédits : GEREA