Les milieux naturels des franges boisées

Ce secteur correspond aux franges sud et ouest du massif de la Double Saintongeaise et du Landais. Il s’est développé sur les placages tertiaires des sables sidérolithiques du Périgord, à partir desquels se sont constitués des sols siliceux, pauvres, au pH acide. Sous la pinède de pin maritime dominante, on retrouve tout le cortège floristique des landes atlantiques acidophiles. Celles-ci sont parsemées de landes humides tourbeuses et de micro-tourbières. Encore peu connues, elles font l’objet d’un inventaire partiel (Etude CBNSA 2009 « Recensement et localisation des tourbières du massif forestier Nord Gironde » ne couvrant que 1700 ha de la communauté de communes de l’Estuaire et de Saint Savin).

Ces pinèdes sur milieux humides qui ont été fortement détruites par la tempête de décembre 1999, abritent des espèces adaptées à la présence d’eau au pH très acide, que l’on retrouve également dans les lagunes et landes humides du massif des Landes de Gascogne.

Drosera intermedia
crédits : GEREA
Erica tetralix - la bruyère à quatre angles
crédits : GEREA
Gentiana Pneumonanthe - la gentiane pneumopanthe
crédits : GEREA
Myrica gale - le poivrier des marais
crédits : GEREA
Narthecium ossifragum
crédits : GEREA
Schoenus nigricans
crédits : GEREA

Sur ces quelques centaines d’hectares prospectés, 84 zones tourbeuses ont été recensées et cartographiées dont 11 présentent un intérêt majeur lié à la présence de groupements végétaux tourbeux et paratourbeux acidiphiles protégés au titre de la directive Habitats, Faune, Flore.

Emys orbicularis - la cistude d'Europe
crédits : GEREA
Coenonympha oedippus - fadet des laiches
crédits : GEREA
Sylvia undata - la fauvette pitchou
crédits : GEREA

L’étendue du massif boisé et sa diversité en essences, la mosaïque de milieux (boisement, jeunes plantations et différents stades de transition : landes arbustives, prairies, cultures…) en font un réservoir biologique d’intérêt, au sein duquel les vallées de la Dronne et de l’Isle font fonction de corridor écologique corridor écologique zone de passage fonctionnelle, pour un groupe d’espèces inféodées à un même milieu, entre plusieurs espaces naturels ; ce corridor relie donc différentes populations et favorise la dissémination et la migration des espèces, ainsi que la recolonisation des milieux perturbés , connectant ainsi le nord gironde avec la vallée de la Dordogne.

Pinède clairsemée en landes humides - Chablis
crédits : GEREA
Landes - plantation de pins maritimes
crédits : GEREA
Jeune pinède clairsemée en landes humides
crédits : GEREA

Notion de corridor écologique corridor écologique zone de passage fonctionnelle, pour un groupe d’espèces inféodées à un même milieu, entre plusieurs espaces naturels ; ce corridor relie donc différentes populations et favorise la dissémination et la migration des espèces, ainsi que la recolonisation des milieux perturbés

Un corridor écologique corridor écologique zone de passage fonctionnelle, pour un groupe d’espèces inféodées à un même milieu, entre plusieurs espaces naturels ; ce corridor relie donc différentes populations et favorise la dissémination et la migration des espèces, ainsi que la recolonisation des milieux perturbés , à distinguer du corridor biologique et du continuum écologique, est une zone de passage fonctionnelle, pour un groupe d’espèces inféodées à un même milieu, entre plusieurs espaces naturels. Ce corridor relie donc différentes populations et favorise la dissémination et la migration des espèces, ainsi que la recolonisation des milieux perturbés.

Les corridors écologiques sont un élément essentiel de la conservation de la biodiversité et du fonctionnement des écosystèmes. Sans leur connectivité, un très grand nombre d’espèces ne disposeraient pas de l’ensemble des habitats nécessaires à leurs cycles vitaux (reproduction, croissance, refuge, etc.) et seraient condamnées à la disparition à plus ou moins brève échéance.

Par ailleurs, les échanges entre milieux sont un facteur de résilience majeur. Ils permettent ainsi qu’un milieu perturbé (incendie, crue…) soit recolonisé rapidement par les espèces des milieux environnants.

L’ensemble des corridors écologiques et des milieux qu’ils connectent, forme un continuum écologique pour ce type de milieu et les espèces inféodées.

C’est pour ces raisons que les stratégies actuelles de conservation de la biodiversité mettent l’accent sur les échanges entre milieux et non plus uniquement sur la création de sanctuaires préservés mais clos et isolés.