Les milieux naturels du Bazadais

Sur le plan naturel, le Bazadais est une zone de transition entre la Garonne et le massif des Landes. Les sols du Bazadais sont caractérisés au nord par la présence des alluvions graveleuses, formant les terroirs viticoles des Graves, et au sud par l’apparition des sables des Landes qui constituent une couverture plus ou moins discontinue et à partir de laquelle se sont développés des sols bruns lessivés et des sols podzoliques.

Les réseaux hydrographiques du Beuve, de la Bassane, du Brion et du Grusson entaillent ces dépôts fluviatiles, faisant apparaître les couches tertiaires plus anciennes telles que les molasses, les grès et argiles miocènes du Bazadais. Ils sculptent un relief vallonné partagé entre polycultures, vignes, prairies et bois.

Les boisements appartiennent à la série du chêne pédonculé, mélangé aux pins maritimes dont la présence augmente en s’éloignant de la Garonne. D’autres essences enrichissent le peuplement, comme le chêne Tauzin, le châtaignier, le robinier, le charme…

Austropotamobius pallipes
crédits : GEREA
Le Brion
crédits : GEREA
Loutre d'Europe
crédits : Bernard Landgraf - Wikipedia - Creative Commons - http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr
Vison d'Europe
crédits : Nicolai Meyer - Wikipedia

Les ruisseaux du Beuve, de la Bassane, du Brion et du Grusson et leurs affluents abritent encore, dans leur partie amont, une faune aquatique remarquable. Ainsi, l’écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallides), espèce autochtone en forte régression au niveau national et inscrite aux annexes II et V de la directive « habitats », s’est maintenue à la faveur d’eaux de bonne qualité. Autrefois abondante dans la majorité des cours d’eau du territoire, cette espèce n’est plus présente que dans les « têtes de bassin ». Elle fréquente des eaux douces stagnantes ou courantes, bien oxygénées, aux fonds graveleux.

La loutre (Lutra lutra) et le vison d’Europe (Mustella lutreola) sont tous deux des mammifères inféodés aux cours d’eau. Ils ont été formellement identifiés sur une partie de ce réseau hydrographique, ce qui a notamment justifié l’inscription des sites « Réseau hydrographique du Beuve » (site Natura 2000 n° FR7200802), ainsi que celui du Brion (site Natura 2000 n° FR7200801) dans le réseau NATURA 2000. Exploitant d’importants linéaires de cours d’eau (jusqu’à 40 km de berges de cours d’eau pour la loutre mâle), ces mammifères se sont maintenus grâce à la présence d’une forêt galerie d’aulne et de frêne continue. Enserrant les cours d’eau, elle constitue un véritable corridor biologique permettant les échanges entre noyaux de populations.